Voitures à connaître : 1955 Chevy Biscayne Motorama Showcar

Voitures à connaître : 1955 Chevy Biscayne Motorama Showcar

Cat : news-auto

 

 

L’Amérique du milieu du siècle dernier s’est développée, tout comme son appétit pour les nouveautés brillantes. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur une voiture qui, bien qu’elle ne soit pas un conducteur, a conduit le look de sa marque pour les années à venir. Un avenir plein de potentiel.

La Seconde Guerre mondiale a mis la consommation en veilleuse. Lorsque les jours les plus sombres du 20e siècle ont enfin pris fin, il y a eu une explosion des achats en raison de la demande refoulée. L’un des secteurs qui en a profité est celui des constructeurs automobiles, qui ont sorti des voitures plus récentes et plus voyantes pratiquement chaque mois d’octobre. Le plus grand contributeur à ce paroxysme de conception et d’ingénierie est General Motors, qui a organisé ses expositions itinérantes Motorama de 1949 à 1961, présentant ses voitures de rêve. Avec des caractéristiques telles que des moteurs à turbine, une direction par joystick et des auvents à bulles qu’aucun climatiseur ne pouvait compenser, bon nombre de ces voitures étaient des points de vue fantaisistes sur un avenir plein de potentiel. Alors que nous venons d’entrer dans l’ère du jet, les attributs stylistiques de nombreuses voitures Motorama auraient pu être directement tirés d’une base aérienne. 

 

Une voiture du Motorama qui n’était pas un exemple de cette grippe aviaire était la Chevrolet Biscayne 1955. Bien qu’elle ait évité les mèmes d’ailerons et d’échappement de fusée, elle ne ressemblait à rien sur la route à l’époque. La voiture est basse, le pare-brise « stratosphérique » et la serre sans montant offrent une visibilité sans compromis et un habitacle aéré, ainsi qu’une subtilité qui faisait défaut à nombre de ses congénères du Motorama. L’influence de la Corvette est évidente dans le style de la Biscayne, mais pas celle de la Vette de 55, mais celle de 61, avec quatre feux ronds et une ligne d’accentuation enveloppante. Le nez présage également un certain nombre de traits de style de Corvette plus tard, mais il y a aussi des éléments de Corvette dans le design. En fait, le style de la Biscayne est l’un des plus prémonitoires des voitures d’exposition de GM au Motorama. Bien que le style de la Biscayne ait été entièrement réalisé, ce n’était qu’une façade, car bien que la voiture ait eu quelques caractéristiques uniques, telles que des sièges avant pivotants et des portes arrière suicidaires, la plupart de ces caractéristiques n’existent tout simplement pas. La voiture est dépourvue de vitres latérales, ainsi que de leurs mécanismes. Les instruments sont factices et la structure n’est rien de plus qu’une coque en fibre de verre sur un châssis à rouleaux, dépourvu de certains éléments essentiels comme un réservoir de carburant et une batterie conventionnelle. Malgré son manque de développement complet, la Biscayne a contribué de manière importante au dialogue stylistique de Chevrolet pendant la décennie qui a suivi ses débuts. Cependant ce n’est pas pour autant qu’elle a été traitée avec le respect qu’elle méritait après la fin de son service sur le circuit des salons automobiles. Un sort ignominieux et un dernier sursis Vers la fin de 1956, la Biscayne, ainsi que trois autres voitures d’exposition du Motorama qui avaient dépassé leur utilité, ont été livrées à une casse de la banlieue de Détroit pour être découpées et broyées. Le chantier Warhoops a reçu la Chevrolet, deux voitures d’exposition de La Salle et la Cadillac Eldorado Brougham pour les éliminer. Le représentant de General Motors qui devait superviser la destruction des voitures était impatient de rentrer chez lui pour les vacances et n’est resté que le temps de regarder la Biscayne perdre ses portières, pensant que le chantier finirait le travail sous ses ordres, à savoir « les écraser ». Pourtant le propriétaire du chantier a estimé que les voitures étaient trop spéciales pour être détruites et les a mises à l’abri à Warhoops, où elles sont restées pendant les 30 années suivantes. À la fin des années 80, le collectionneur Joe Bortz est tombé sur la Biscayne après que son fils lui ait montré une photo prise dans les années 70, et s’est demandé si elle était toujours là. La réputation de Bortz l’a précédé et il a conclu un accord avec Warhoop pour acheter les quatre voitures du GM Motorama. Pendant les 16 années suivantes, la Biscayne est restée intacte, mais en 2005, Bortz a commencé à la restaurer. Le châssis d’origine était pourri depuis longtemps et devait être remplacé. De plus, une grande partie de la voiture avait été démontée à Warhoops et devait être réassemblée. Le passé est préservé pour l’avenir Les clichés sur la pelouse proviennent du Concours d’élégance de Pebble Beach 2008, où la Biscayne en chantier a partagé la scène avec des voitures Motorama de toutes les années, dont deux de ses frères de l’époque de Warhoops. Il reste encore beaucoup à faire, mais il est bon de savoir qu’une pièce aussi importante de l’histoire de l’automobile américaine a été reconnue comme telle il y a tant d’années, et qu’elle est maintenant entre les mains de quelqu’un qui a les connaissances et la passion nécessaires pour s’assurer qu’elle le reste pour les années à venir.

DANS LA MÊME CATéGORIE

A LIRE AUSSI