Comme les achats in-app, mais pour votre voiture

BMW a détaillé une refonte des systèmes numériques qui alimentent ses véhicules de luxe, notamment un nouveau système de cartographie et de navigation, un assistant numérique remanié, une « clé numérique » (présentée pour la première fois lors de la conférence annuelle des développeurs d’Apple la semaine dernière) et Android Auto sans fil. Mais la chose la plus intéressante que BMW a partagée à propos de ces changements est que la société se lance dans les microtransactions à bord des véhicules.

Les voitures sont plus remplies d’ordinateurs et de logiciels que jamais, ce qui a permis aux constructeurs automobiles d’ajouter de nouvelles fonctionnalités ou de corriger des problèmes à la volée avec des mises à jour logicielles over-the-air. Cela a également offert à ces constructeurs de nouveaux moyens de gagner de l’argent. Prenons l’exemple de Tesla, qui a été l’un des pionniers dans ce domaine et qui vend actuellement l’accès à toute une série de fonctions après l’achat. Il avait même l’habitude d’expédier des voitures avec des packs de batteries dont l’autonomie était limitée par un logiciel, et les propriétaires pouvaient payer un droit pour déverrouiller la pleine capacité.

BMW veut maintenant porter cela à un niveau beaucoup plus spécifique. Le constructeur allemand a annoncé mercredi que toutes les voitures équipées de son tout nouveau logiciel « Operating System 7 » recevront bientôt une mise à jour qui lui permettra de bricoler toutes sortes de fonctions dans la voiture, comme l’accès aux sièges chauffants et aux fonctions d’aide à la conduite comme les feux de route automatiques ou le régulateur de vitesse adaptatif (très pratique si vous croisez un radar tourelle ). Et la société prévoit sans surprise d’utiliser cette capacité pour gagner de l’argent.

Cela fonctionnerait de plusieurs façons différentes, selon BMW. La plus directe est qu’un propriétaire peut, à un moment donné, payer pour accéder à certaines fonctionnalités qu’il n’a pas initialement achetées avec la voiture. Mais cela pourrait aussi fonctionner dans l’autre sens. Vous n’avez plus besoin de sièges chauffants ? Allez-y, désactivez cette fonction. BMW n’a pas donné trop de détails sur les prix ou les conditions, mais Roadshow rapporte que le constructeur automobile prévoit de faire en sorte que les propriétaires puissent « s’abonner » à certaines fonctionnalités pour aussi peu que trois mois.

Vous pourrez « vous abonner » aux sièges chauffants, par exemple

Il coûtera probablement plus cher à BMW au départ d’intégrer toutes ces fonctionnalités dans chaque voiture, bien que le processus de fabrication puisse se dérouler plus facilement avec moins de différenciation. Mais BMW pourrait récupérer une partie de cet argent auprès des propriétaires secondaires de ces voitures. Les personnes qui les achètent sur le marché des voitures d’occasion – ou, comme c’est plus probable avec BMW, qui les prennent en location sur trois ans – pourront configurer la voiture à leur goût d’une manière qui n’était pas possible avec les véhicules précédents de la société (des informations sur la qualité voiture américaine marque ici ).

Comment tout cela se joue dépendra beaucoup de ce que BMW facture pour l’accès à ces diverses fonctionnalités. L’histoire de l’entreprise à cet égard n’est pas nécessairement encourageante, car elle avait l’habitude de facturer l’accès à CarPlay (d’abord comme une option de 300 €, puis comme des frais de 80 $ par an).

Mais BMW n’est pas le seul à essayer de faire des achats dans les voitures une source fiable de revenus. Tesla le fait depuis des années, en offrant des fonctionnalités comme le pilote automatique et un « pack de connectivité premium » à acheter après qu’un propriétaire prenne livraison de sa voiture. Tesla a également contribué à illustrer à quel point le déploiement de la vente de services logiciels dans une voiture peut être cahoteux, car certains propriétaires ayant acheté leur voiture d’occasion ont déclaré qu’on leur avait promis des fonctionnalités qui ont été désactivées.

Cette idée ne s’arrêtera pas seulement à BMW et Tesla, cependant, car les voitures deviennent de plus en plus connectées (et si vous souhaitez connaître la voiture la plus chère du monde ). Même Ford a récemment parlé de la façon dont le nouveau F-150 2021 aura des mises à jour over-the-air qui couvrent la voiture de « pare-chocs à pare-chocs », ce qui pourrait théoriquement permettre à l’entreprise de faire payer l’accès à certaines fonctionnalités. D’autres constructeurs automobiles, comme General Motors, ont bricolé des achats à bord de la voiture en tant que service payant.

Des géants de la technologie comme Apple se sont taillés d’énormes nouvelles sources de revenus récurrents ces dernières années en se penchant davantage sur la vente de services logiciels, il n’est donc pas surprenant que l’industrie automobile – qui se comporte de plus en plus comme l’industrie technologique chaque jour qui passe – essaie de trouver un moyen de participer à l’action, elle aussi.