La facilité de vie de Mazda – avec Miata – a peut-être redéfini le marché des petites voitures de sport décapotables, mais elle n’a pas tué le petit cabriolet excentrique avec – pour le dire délicatement – un peu plus de caractère. Les MG, Triumphs et Austin-Healeys, par exemple, ne s’attardent jamais longtemps dans les petites annonces de voitures d’occasion. Et les ventes de l’Alfa Romeo Spider restent stables.

Mais les choix ne s’arrêtent pas là. Si les mots « voiture en kit » ne vous effraient pas, vous pourriez envisager une Caterham Super 7, un paradoxe à l’allure modeste d’une voiture dont les ailes ouvertes et le pare-brise droit, comme chez une grand-mère, dissimulent des performances plutôt immodestes.

Les personnes âgées se souviendront peut-être de cette forme comme de la Lotus Seven conçue par Colin Chapman, présentée pour la première fois au Salon de l’automobile de Londres de 1957 à Earl’s Court. Le Seven a survécu seize ans et quatre itérations différentes sous le toit de Lotus. Mais lorsque Chapman a perdu son enthousiasme pour les petites voitures et que l’argent s’est fait rare à l’usine de Hethel, il a vendu le design de la Sept à Graham Nearn de Caterham Cars. Les Caterhams sont disponibles aux États-Unis depuis 1984, grâce à Chris Tchorznicki de Seven and Elans (de Cambridge, Massachusetts), actuellement le seul distributeur.

Si vous pouvez distinguer un tournevis à tête plate d’un Phillips, Tchorznicki estime que vous pourriez assembler le kit Super 7 en 80 heures environ. Cette estimation de temps serait affectée par le nombre d’options que vous choisissez dans une liste qui s’étend sur toute la longueur du capot en aluminium brillant et persienné de la Caterham. Notre voiture d’essai HPC (haute performance) chargée, assemblée par Tchorznicki, a été autocollée pour 30 961 €. Ce prix comprend un pare-brise chauffant, une capote bien ajustée avec des rideaux latéraux étanches et un chauffage. La dernière option, un ajout récent à la Super 7, était un travail épineux pour les ingénieurs. « Le déménagement de l’usine de Caterham a été plus facile », explique M. Tchorznicki.

Le choix du moteur vous appartient, à condition qu’il s’agisse d’un quatre cylindres Ford (l’ancien bloc Pinto/Fiesta, avec plusieurs puissances) ou d’un quatre cylindres 2,0 litres « Caterham » (signifiant « Vauxhall ») à seize soupapes, que Tchorznicki peut vous aider à vous procurer. « Ces kits doivent s’assembler d’une certaine manière », dit-il, « et les autres moteurs sont tout simplement trop gênants ». Le moteur de notre voiture d’essai aurait pu être tiré directement d’une Vauxhall Calibra : il était équipé d’un système d’injection à orifice Bosch Motronic et même d’un convertisseur catalytique. Il a une puissance de 150 ch à un régime élevé de 6000 tr/min.

Une fois installé sur le siège du conducteur – et après une danse d’interprétation frétillante – vous constaterez qu’il y a suffisamment de place pour la tête et les jambes, même si vous mesurez plus d’un mètre cinquante. Mais tout le reste, en termes de taille, semble être à l’échelle de sept huitièmes, du volant du Motolita, qui fait onze pouces de diamètre, au cockpit, qui ne fait qu’un mètre de large. La vue de l’avant est purement rétro : un petit pare-brise rectangulaire encadre un capot effilé avec des phares et des ailes exposés de chaque côté. Cette voiture ressemble à quelque chose que Porky Pig pourrait conduire dans un dessin animé de Warner Brothers.

Mais « Porky » la Super 7 ne l’est pas. Avec sa carrosserie légère en tôle d’aluminium sur un châssis en acier tubulaire, notre voiture a fait pencher la balance du côté des 1406 livres seulement. Et, comme le sait tout coureur qui mérite la graisse sous les ongles, plus on est léger, plus on va vite.

Pour notre plus grand plaisir, ce fait est perdu de vue pour la plupart des concurrents aux feux rouges. Notre Super 7 atteint les 100 km/h en seulement 4,8 secondes, laissant la plupart des autres machines à la poussière. L’un d’entre eux, qui ricanait dans une Z28, a été tellement gêné qu’il a abandonné après la première vitesse. Il aurait pu continuer s’il avait connu le coefficient de traînée de 0,62 de la Caterham, qui limite sa vitesse de pointe à 180 km/h.

Le poids plume du Super 7 permet d’autres chiffres remarquables. Les arrêts à partir de 110 km sont possibles en seulement 170 pieds, performance améliorée seulement par les Porsche et les Corvettes avec des freins anti-blocage. (Cette distance d’arrêt est obtenue grâce à quatre étriers serrant des disques solides conçus pour – êtes-vous prêt pour cela ? – une Triumph Spitfire). Et cette Super 7 a franchi la rampe de décollage avec un étonnant 1,02 g. Un certain crédit est accordé aux pneus Goodyear Eagle GS-D 205/45ZR-16 de notre voiture, mais c’est quand même un record de C/D pour une voiture « streetable », les enfants – encore mieux que la Ferrari F40.

Peut-être vous demandez-vous « Où était cette voiture toute ma vie ? » La presse britannique, en fait, aime utiliser ces chiffres de piste stupéfiants comme preuve que la Caterham surpasse les voitures de sport les plus connues au monde (et pour tout savoir sur la voiture la plus rapide du monde ). Mais comparer cette 7 avec une 911 ou une NSX, c’est comme opposer un biplan Avro 504 à un Northrop F-16. Le quatre cylindres de la Vauxhall bourdonne comme s’il était boulonné directement au châssis tubulaire (c’est presque le cas). Le petit cockpit se referme comme une camisole de force. Même le bras de contrôle avant de longueur inégale et la suspension arrière de Dion de la Caterham ont leurs limites : en plongeant dans un virage, ils se heurtent à une ornière et le 7 réagit avec un ka¬chunk surprenant. Entre le ka et le morceau, vous n’avez aucune idée si le nez, la queue ou les deux vont perdre leur adhérence, vous entraînant peut-être joyeusement dans le fossé le plus proche.

La solution est de ralentir. Mais c’est le jeu auquel il faut jouer avec des voitures dont le punch dépasse de loin le raffinement. Il n’y a peut-être pas de meilleur joueur dans le coin : la direction de la Caterham est vive et bien équilibrée. Il serait difficile de trouver un meilleur jeu de freins non-ABS. La réponse de l’accélérateur est instantanée, et le moteur récompense toujours les coups de pédale par une poussée vers l’arrière et un coup de trombone à l’échappement. Sans les rideaux supérieurs et latéraux, la Caterham va complètement redessiner votre coiffure. Parfois, l’ensemble semble si maladroit qu’il est difficile d’arrêter de sourire.

Nous avons appelé F.A.O. Schwarz, le roi des magasins de jouets, et lui avons demandé s’il vendait des Caterhams. On nous a répondu que non, mais les Miatas de collection se vendent bien. Les enfants de nos jours. Que savent-ils ?

Un meilleur nom serait « le Bolt ». Pas comme dans une tige filetée, mais comme dans « démarrer soudainement et s’enfuir ». Je croyais que la Vauxhall seize soupapes quatre était une Ford huit. J’ai relâché l’embrayage, et bien sûr, il s’est verrouillé. A travers les engrenages – une boîte de vitesses Ford Sierra à encoche courte – il y a un petit bruit et un précieux vacarme, surprenant dans une voiture en kit. Il est préférable de la conduire pieds nus, car l’embrayage, le frein et l’accélérateur sont disposés en sardine. De bons sièges, bien qu’un humain de grande taille ne puisse pas y entrer. Difficile d’avoir l’air élégant en montant dans la voiture. Ça vaut 30 000 euros ? Qui sait, mais il s’agira d’une MG TC, et elle doit être superbe les soirs d’été. -Steve Spence

C’est un excellent moyen de faire sauter les toiles d’araignée après une semaine de déplacements. Un moment, vous êtes blasé d’être assis dans un flot d’automobilistes, le suivant… zap, vous êtes branché sur un roadster hi-fi. Le vent se répercute dans vos cheveux, les roues se tordent dans vos mains et le châssis transmet les données de la suspension jusqu’au siège de votre pantalon. De plus, la Caterham est rapide. Elle passe devant les voitures plus lentes avec des accélérations fulgurantes. Coûteuse ? Peut-être. Cela dépend de la nécessité de conduire une voiture de sport sans dilution. -Barry Winfield

Enivrant ! C’est le mot qui décrit le mieux l’expérience Caterham Super 7. Chaque trajet dans cette voiture est un assaut sur les sens, mais il ne manquait jamais de me laisser exalté et souriant comme un idiot. Cette voiture roule distillée dans sa forme la plus pure, un roadster de 1406 livres qui roule comme une puanteur et prend les virages comme s’il était sur des rails. On le porte comme un gant de conduite, et le corps et l’âme s’entraînent à chaque instant sur la route. Une voiture de beau temps, dites-vous ? Pas du tout – son toit bien ajusté et son pare-brise chauffant m’ont permis de profiter de cette voiture même les jours les plus sombres. -André Idzikowski

Spécifications

1993 Caterham Super 7

Type de véhicule : moteur avant, traction arrière, 2 passagers, 2 portes décapotables

Le prix tel que testé : 30 961 € (prix de base : 29 756 €)

Type de moteur : DACT 16 soupapes en ligne 4, bloc en fer et tête en aluminium, injection de carburant à bâbord

Déplacement : 122 in3, 1998 cm3

Puissance :150 cv à 6000 tours/minute

Couple : 145 lb-ft @ 4800 rpm

Transmission : Manuel à 5 vitesses

Chassis : Suspension (F/R) : bras de commande/essieu moteur

Freins (F/R) : disque de 9,0 pouces / disque de 9,0 pouces

Les pneus : Goodyear Eagle GS-D, 205/45ZR-16

Dimensions :

Empattement : 88,5 en

Longueur : 133.0 in

Largeur : 62,0 in

Hauteur : 44,0 in

Volume de passagers : 33 ft3

Volume du coffre : 4 ft3 (et pour plus de chargement, clique sur ce lien : remorques voiture )

Poids à vide : 650 km

RÉSULTATS DES TESTS C/D

60 mph : 4.8 sec

100 mph : 15,4 secondes

Départ lancé, 5 à 60 km/h : 5,4 secondes

Vitesse maximale, 30-50 mph : 5,8 secondes (et voici un article pour savoir qu’elle est la voiture la plus rapide du monde )

Vitesse maximale, 50-70 mph : 6,8 secondes

1/4 de mile : 13,8 sec à 96 mph

Vitesse maximale : 114 mph

Freinage, 70-0 mph : 170 pieds

Tenue de route, dérapage de 300 pieds de diamètre : 1.02 g

C/D ÉCONOMIE DE CARBURANT

Observé : 23 mpg